Villes en Transition : le cas du quartier de la Fontaine d'Ouche à Dijon

Questionner et accompagner, par le biais d'une approche SHS interdisciplinaire, l'innovation socioécologique dans un quartier dit sensible

Questions de recherche

En quoi les quartiers dits sensibles sont-ils mobilisés face aux enjeux de la transition socioécologique ?

Hypothèse(s)

Les habitants de ces quartiers ne pourraient-ils pas être les vecteurs privilégiés de l'innovation socioécologique, de par les qualités de "débrouillardise" ou de "bricolage" qu'ils sont amenés à développer ?

Méthodologie

  1. Enquête par questionnaire pour comprendre les pratiques de consommations de transports, loisirs, alimentation / énergie / biens durables / services de communication et médias
  2. Focus groups et entretiens exploratoires pour comprendre les représentations face à la consommation écoresponsable
  3. Mise en place d'une communauté de savoirs pratiques et théoriques sur la transition socioécologique à l'échelle du territoire du quartier
  4. Restitution aux habitants du quartier

Bibliographie

  • Smith a,∗, Andy Stirling a, Frans Berkhout a,b (2005). The governance of sustainable socio-technical transitions Adrian, Research Policy 34 (2005) 1491–1510
  • Bourg Dominique (2010). Vers une démocratie écologique : le citoyen, le savant et le politique, avec Kerry Whiteside, Seuil, La République des idées, Paris, 2010 (ISBN 9782021022988)
  • Hopkins, Rob. (2008). The Transition Handbook: From Oil Dependency to Local Resilience, Chelsea Green Publishing
  • et bien d'autres...

Idées clés / leviers / principes d’action

Idées clés en matière d’évolution de consommation et de mode de vie durables

  • Les habitants des quartiers défavorisés semblent tout autant concernés par la qualité sanitaire des produits que les autres classes de population. Ils peuvent donc être impliqués dans les politiques d'innovation collaborative en matière de consommation durable.
  • Les pratiques de mobilité montrent une certaine forme d'inclusion des habitants du quartier. Cet enclavement participe du sentiment d'appartenance au quartier comme du sentiment d'inégalité d'accès aux espaces de consommation du centre-ville.
  • La mobilisation des habitants du quartier observé passe par des structures institutionnalisées (association, commissions de quartiers) qui ne concernent pas toutes les populations présentes dans le quartier. La crise de la gouvernance des associations, notamment, nous pousse à questionner d'autres formes plus spontanées d'engagement.
  • Les outils et les plateformes numériques doivent être questionnés comme supports de nouvelles formes d'engagement dans la transition socioécologique.

Leviers individuels et collectifs des changements de consommation et demodes de vie durables

  • La sécurité énergétique et alimentaire, qui ne semble plus garantie dans les produits de consommation courante.
  • Une revitalisation des formes d'engagement citoyen institutionnalisé (ex : association loi 1901).
  • Une exploration de formes nouvelles d'engagement à observer ou à encourager, via notamment les plateformes numériques dites 2.0.

Enseignements & principes d’actions pour les décideurs

  • Implication des parties prenantes "institutionnalisées", observation de la représentativité réelle de ces organisations, accompagnement au renouvellement des instances de gouvernance via des formations aux principes notamment de l'association loi 1901.
  • Identification des formes d'actions collectives non institutionnalisées et communication auprès de ces dernières.
  • Travailler spécifiquement sur les populations vulnérables, qui sont souvent exclues des réflexions sur la transition socioécologique.
  • Mettre en lumière et valoriser toutes les formes de participation citoyenne, en prenant garde de ne pas exclure les communications ne relevant pas de l'argumentation écrite.

Comment expliqueriez-vous votre projet de recherche à un enfant de 5 ans ?

Les habitants de tous les quartiers, qu'ils soient pauvres ou riches, sont préoccupés par la qualité de l'air qu'ils respirent, de l'eau qu'ils boivent et de la nourriture qu'ils consomment. Tous se demandent comment continuer à vivre dans un monde dont les ressources diminuent et que l'on ne pourra pas renouveler.

Dans les quartiers HLM, on a l'impression d'être loin de la campagne, de la nature et de sa protection. Pourtant, dans ces quartiers, des enfants et leurs parents réfléchissent et agissent pour un monde meilleur et durable, avec les moyens qui sont les leurs, en faisant preuve parfois de trésors de débrouillardise dont nous pourrions nous inspirer.

C'est ce que nous voulons encourager par le biais de notre projet.

Une anecdote, une histoire en lien avec le recherche.

Nous avons monté un concours photo sur notre page Facebook avec les élèves du collège Rameau.

Il s'agissait pour les enfants de représenter un geste ou une action "écologique" dans le quartier. La photo qui a remporté le concours montre un élève jetant une canette ramassée dans la rue dans une poubelle. Malheureusement, afin de respecter le droit à l'image, nous avons du "flouter" le visage du jeune collégien.
Cela a eu pour effet de donner une symbolique "policière" à la photo, rappelant les reportages à sensation qui se bornent à stigmatiser la violence des quartiers urbains sensibles.